Un an plus tard, nous sommes toujours là

Il y a un an, les projections du festival À Films Ouverts étaient brutalement annulées. Les interactions sociales devaient être mises sur pause, le temps de quelques semaines.. Un an plus tard, la culture est toujours au frigo et des études confirment ce qui été pressenti : cette crise frappe surtout les plus précarisé·es. Elle exacerbe les inégalités de genre, socio-économiques et raciales : contrôles policiers plus sévères des mesures sanitaires dans les quartiers dits « populaires » où réside une majorité de personnes racisées, perte totale de revenu pour les « sans-papiers » qui travaillaient dans des secteurs informels, exposition aux risques épidémiques pour les travailleurs et travailleuses qui ont continué de travailler en première ligne pour faire tourner notre société pendant les deux confinements…
Les questions que nous avions voulu mettre à l’honneur en mars 2020, ont encore plus de sens en mars 2021 :